Aux origines de la croissance

À propos de : Matthias Schmelzer, The Hegemony of Growth – par M. Louis (extraits)

L’ouvrage de Matthias Schmelzer retrace l’élaboration du « paradigme de la croissance économique » par les économistes, les diplomates et les hauts fonctionnaires de l’OCDE de la fin de la Seconde Guerre mondiale et tout au long de la Guerre froide.

« […] la supériorité du capitalisme et du communisme était évaluée en fonction de la quantité de biens de consommation que chaque système pouvait produire »

L’auteur montre que [la mesure de la croissance] répond à un besoin des économies européennes de rattraper l’économie américaine, de se positionner par rapport à l’URSS, de produire un tableau homogène et comparable des économies […] mais aussi de permettre de déterminer le montant des contributions financières des États membres. En outre, et en dépit des mises en garde des statisticiens de l’époque, la mesure du PIB va rapidement équivaloir, pour les décideurs politiques, à la mesure du bien-être social (« welfare  »).

La croissance économique va donc rapidement apparaître comme un formidable outil d’apaisement des conflits sociaux et d’instrument de consensus politique  : cette « économicisation » du social va donc de pair avec une dépolitisation de l’économie, tant les statisticiens comme les décideurs insistent sur le caractère technique et apolitique des instruments de mesure pour légitimer ces derniers.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s