S’il existe encore un espoir, il est du côté des gens ordinaires

Le blog Le Comptoir vient de sortir son premier numéro papier. Extraits de l’entretien de son co-fondateur, Kevin Victoire, à la revue Limite (source):

Günther Anders [expliquait] en 1977 qu’avant d’être révolutionnaires, « nous devons être conservateurs au sens authentique, conservateurs dans un sens qu’aucun homme qui s’affiche conservateur n’accepterait ». Je rejoins évidemment Anders sur cette nécessité d’être conservateur face aux ravages provoqués par le techno-libéralisme. […] La question écologique n’est pas la seule. S’il ne faut pas idéaliser le passé, ni penser naïvement que « c’était mieux avant » – songeons par exemple aux conditions des femmes et des minorités ethniques ou sexuelles –, force est de constater que certaines choses étaient mieux avant […]

– Croyez-vous encore à la Gauche ?
– Le débat fait encore rage au sein de la rédaction. On peut dire que certains adhèrent à la gauche, d’autre y adhèrent par défaut et les derniers la rejettent comme camp bourgeois […] De plus, comme l’expliquait C. Castoriadis en 1986 déjà : « Il y a longtemps que le clivage gauche-droite, en France comme ailleurs, ne correspond plus ni aux grands problèmes de notre temps ni à des choix politiques radicalement opposés » […]

– Quelles sont vos références intellectuelles, d’hier à aujourd’hui ?
– Je citerais d’abord les pionniers du socialisme que sont Pierre Leroux, Pierre-Joseph Proudhon, Karl Marx et Piotr Kropotkine. Louise Michel, Rosa Luxemburg, Charles Péguy, Jack London, ou Georges Sorel sont également très appréciés. Nous avons dédié de nombreux articles au révolutionnaire burkinabé Thomas Sankara, ainsi qu’à Pier Paolo Pasolini, George Orwell – notre référence principale –, Simone Weil et Guy Debord. Nous pouvons également ajouter Castoriadis, Michel Clouscard, Serge Latouche, Jaime Semprun, Jean-Claude Michéa, Christopher Lasch ou les pères de l’écologie politique que sont Ivan Illich et Jacques Ellul. Le livre Radicalité : 20 penseurs vraiment critiques publié par L’Echappée en 2013 est presque une Bible pour nous, puisqu’il regroupe bon nombre de nos références – dont certaines que je vous ai mentionné – et définit dans l’excellente introduction rédigée par Cédric Biagini, Guillaume Carnino et Patrick Marcolini une ligne politique très similaire à la nôtre. En dehors du socialisme, nous avons aussi un vrai faible pour Philippe Muray, qui portait un regard sur notre époque à la fois novateur et réaliste, ainsi que cet écrivain incassable et épris de liberté qu’est Georges Bernanos.

Sinon des médias comme La Décroissance, Fakir, Le Monde diplomatique ou Basta sont également de vraies références pour nous. De même pour La revue du Mauss. […]

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s